LES POMPES MANUELLES À AIR COMPRIMÉ
< retour
 
Pompes françaises
 
A l'inverse des étrangers, les constructeurs français ne numérotaient pas leur production. C'est pourquoi la datation des équipements se base essentiellement sur les brevets, les tests officiels ou expositions universelles ainsi que sur les noms figurant sur les plaques constructeurs. La fourchette de datation est donc assez large. Pour le matériel d'origine Denayrouze nous pouvons cerner quatre périodes par les marquages suivants:
DENAYROUZE Avant 1895
Ch. PETIT De 1895 à 1920
Ch. PETIT & R. PIEL De 1920 à 1930
R. PIEL Après 1930
 
Pompe à bringuebales Cabirol "brevet 1857".

Détails
 
Pompe à deux cylindres simple action et joints en cuir, petite et relativement légère elle est limitée en profondeur. Elle a la particularité de posséder deux réservoirs intermédiaires l'un derrière l'autre qui suppriment les à-coups d'air dans les casques. Cette pompe, datant d'avant 1860, est la plus ancienne pompe française construite en série, et adoptée par la Marine Impériale.

 
La même pompe restaurée aux couleurs d'origines "civiles"...

Pompe Cabirol à 3 cylindres et à volant
 
En 1860 Cabirol met en service une pompe à volant, elle est souvent représentée avec un volant d'un coté et une manivelle de l'autre. Elle possède 3 cylindres à joints cuir, un quatrième cylindre, à l'extérieur du châssis, permet la circulation de l'eau de refroidissement de la bâche. Elle possède un innovant manomètre de pression d'air. Elle remplace, pour les travaux profonds et dans la Marine, la pompe à bringuebales dont la puissance était limitée.

 
La même pompe restaurée aux couleurs d'origines "civiles"...


Pompe Cabirol "Modifiée"
 
Pompe Cabirol à volants, à 3 cylindres simple effet, vers 1860. Modifiée à la fin du
19ème par le fabricant Ch. Petit qui remplace les têtes de pistons avec joints en cuir et munis de soupapes (brevet de 1860) par les récentes têtes à joints Giffard. La plaque constructeur et le manomètre sont au nom des établissements Ch. PETIT.

Pompe à bringuebales Rouquayrol Denayrouze

Détails
 
Cette pompe hydraulique très innovante, mais dont le principe était déjà connu et utilisé pour les cloches à plongeurs, a été mis en service à partir de 1864 pour alimenter de la surface le régulateur dorsal, elle sera remplacée en 1873 par une pompe plus économique et d'une utilisation et d'un entretien plus simple. Des cartes postales la montrent encore en service après 1900…

Pompe à bringuebales Denayrouze
 
À partir de 1873, A. Denayrouze met en service une nouvelle pompe à simple effet et à joints hydrauliques, de fonctionnement et de présentation proches, elle est plus économique et d'un entretien plus simple. Elle alimente un réservoir intermédiaire de surface qui porte un manomètre. Ce réservoir absorbe les à-coups d'air comprimé des pistons et contient une petite réserve d'air qui doit permettre une remontée rapide du scaphandrier en cas de panne de la pompe. La pompe présentée est le modèle adopté par la Marine Nationale, complet dans sa caisse d'origine.

Pompe Denayrouze petite profondeur
 
Pompe Denayrouze à bringuebales, à simple effet et à joints hydrauliques. Avec ses cylindres de petit diamètre, ce modèle était prévu pour travailler à faible profondeur, mais aussi dans les mines. Il manque le réservoir intermédiaire installé près de la pompe et qui a remplacé le réservoir régulateur dorsal. Sa plaque constructeur est au nom de Ch. PETIT.

Pompe Denayrouze à joints "Giffard"
 
Pompe Denayrouze à bringuebales, à simple effet et à joints "Giffard". A partir de 1888. Avec ce modèle le réservoir intermédiaire est supprimé, car il est intégré dans la colonne centrale. C’est une pompe d’une grande simplicité présentant peu de risques de panne. Cependant, par son manque de refroidissement, elle restait réservée aux plongées de petite profondeur. Cette pompe fut surtout fabriquée par Ch. Petit puis R. Piel. Avec sa plaque constructeur Ch. Petit & R. Piel cette pompe a été fabriquée entre 1920 et 1930.

Pompe Denayrouze à volants pour grande profondeur.
 
Pompe Denayrouze à volants, à 3 cylindres, à simple effet et à joints "Giffard". Construite par Ch. Petit entre 1895 et 1920. En France, c'est l'aboutissement de la pompe manuelle, simple et puissante. Elle permettait de travailler à grande profondeur. Protégée par sa solide caisse en chêne elle était de tous les chantiers. Elle restera la plus courante des pompes françaises ainsi que la plus exportée. Les établissements R. Piel continueront sa fabrication jusqu'à la fin des années 50.

Pompe Denayrouze à volants pour moyenne profondeur.

Détails
 
Construite par Charles PETIT entre 1895 et 1920 cette pompe est à joints Giffard, à simple effet et à trois cylindres. Elle est identique à la pompe précédente, mais aux proportions plus petites, c'est le modèle "moyen" qui permettait le travail jusqu'à -35 mètres. Ce modèle a été assez peu commercialisé suite à son créneau de travail limité.
Cette pompe, avec une belle caisse en chêne, se trouve dans le hall d'accueil de l'I.N.P.P de Marseille.

Pompe Denayrouze à volants pour petite profondeur.
 
Pompe Denayrouze à volants, à 3 cylindres, à simple effet et à joints ‘Giffard‘. C’était la pompe typique de rivière, la plus petite de la série et prévue pour intervenir jusqu’à –20m. A l’origine elle était livrée avec un tabouret sur lequel elle reposait, permettant ainsi aux pompeurs d’être au niveau des volants. Marquage R. Piel, vers 1930.

< retour